DSK aux folies bergères

Quartier général du FMI (photo IRIN)

Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fond Monétaire International et à la suite de Paul Wolfowitz lorsqu’il était à la tête de la Banque Mondiale, fait dans la dentelle et dans les parties fines. Ces fonctionnaires surpayés sont en vacances perpétuelles et se soucient peu de leur hautes fonctions au sommet du monde civilisé.

Si en son temps Wolfowitz avait démissionné, DSK ne laissera sans doute pas tomber le vaste monde, et aussi peut-être un bon salaire. Aujourd’hui, en pleine crise financière, les pays pauvres ont besoin de lui, il doit en être persuadé. Ses copains socialistes français le crient déjà à tue-tête : « Il s’agit d’une cabale, dans le but de l’empêcher de faire de grandes choses pour le monde en ces temps si difficiles »… Un autre sauveur… Comme s’il comprenait vraiment dans quel monde il vivait. Son comportement ridicule est la seule chose qui fasse parler de lui. Les satanées perturbations économiques ne doivent pas trop le traumatiser et ses nuits agitées remplissent suffisamment son agenda. Triste clown.

Les Politiques d’Ajustement Structurel qui ravagent les pays en voie de développement depuis si longtemps, et dont la grande maison de DSK s’est faite la spécialiste, vont-elles enfin être remises en cause ? Drôle de question : La déstabilisation d’un pays pauvre n’a visiblement jamais rien de tragique et sa sortie de la misère n’est de toute façon pas si nécessaire que cela : après tout, ce sont bien les remboursements de la Dette qui entretiennent l’armée de fonctionnaires que dirige encore DSK. Et si des entreprise privées (étrangères) font de juteuses affaires après le passage du FMI dans un pays soi-disant à la dérive, c’est certainement le fruit du hasard ou de la mauvaise gestion passée de son secteur publique. L’Etat mis ainsi sous perfusion se remet rarement de ce traitement de choc. Une guerre a le même effet, si ce n’est la même motivation.

Quant aux mesures d’urgence actuelles, elles sont prises dans le but de sauver le système financier, de le renflouer, mais pas de le changer, je le crains. Son absurdité est bien trop rentable, même si de temps en temps il faut le remettre sur pied.

Quoiqu’il en soit, il est inutile de jouer aux devinettes, les médias, à la suite des politiques, nous ont bien éclairés sur les origines de la crise actuelle : Elles n’ont rien à voir avec une quelconque idéologie, mais tout avec de déplorables traders un peu trop coquins, qui ont agit sans logique, sans consigne.

Comme dirait le Sauveur en chef de la France, et bientôt du Monde, il est juste urgent d’apporter un peu de moralité dans toute cette pagaille, et ensuite « roulez jeunesse, tout repartira comme en 14 ». Et lorsque les erreurs financières seront rectifiées ou simplement poussées du pied sous le tapis, le discours académique habituel, qui nous explique que le marché est autonome, nous sera inévitablement resservi. Le libre-arbitre économique est si commode pour se dédouaner des pires infamies, qu’il serait surprenant que l’idée soit oubliée. La croissance a un coût, si en plus il fallait l’assumer ce serait trop compliqué. Le discours de nos experts sur la croissance, qui est sûrement la principale fautive dans toute cette confusion, l’affirme avec assurance : « C’est la croissance qui nous sortira de la récession »… Nous voilà jolis… Continuons à les écouter : « Tout cela n’est qu’histoire de cycles et de nature »… Nature humaine peut-être ?

Il est certain que le prêt de 2 milliards de dollars que vient d’accorder le FMI à l’Islande ne sera assorti d’aucune mesure de régulation drastique. Comme le FMI ne connait apparemment que les plans de privatisations à outrance, il doit être incapable d’imposer l’inverse. Ses fonctionnaires doivent être un peu désemparés, ils vont devoir réfléchir.

Les récentes crises de la faim en Afrique notamment, annonciatrices de la récession actuelle, leur ont posé visiblement moins d’états d’âmes. Si cela avait été le cas, peut-être aurions-nous été épargné par cet affolement financier. Mais s’intéresser aux autres, quelle bizarrerie.

SylvainD.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s