DSK au Ghana

« L’inflation mondiale file des boutons au FMI ». Le quotidien Libération publie un article ainsi titré… sans ironie aucune, apparemment. Propagande ou inconscience ? Dominique Strauss-Kahn s’emmêle les pinceaux en explications outragées.
Pendant ce temps, les diplomaties du Monde entier s’interrogent sur le bien-fondé d’un mandat d’arrêt pour crime de génocide que la Cour Pénale Internationale pourrait émettre à l’encontre du président soudanais, Omar El Béchir. Les médias s’en trouvent tout agités. 
Même excitation récemment lors de la dernière présidentielle zimbabwéenne, à propos du hold-up électoral de Robert Mugabe.
Pour quelle raison je suis agacé par ces mensonges et platitudes ?

Il suffirait pourtant que je me rappelle que les médias en général ne sont que des boutiques de divertissements, voire de communications, et rien de plus, et le tour serait joué. Mais cette idée me déplait tant que je tombe dans le piège à chaque fois.
Une chose est certaine et n’est sans doute pas due qu’au hasard : Pendant ces badinages, les spéculateurs ne sont pas au-devant de la scène et peuvent continuer leurs magouilles tranquillement.
Une de ces dernières combine en date : transformer le Ghana en paradis fiscal.

DSK, un patron médusé

Il est bien évident qu’aucun des économistes du Fonds Monétaire International, tous bardés de diplôme et sans aucun doute tous talentueux, n’est étonné des problèmes que traverse l’économie planétaire en cette année 2008. Ce serait surprenant.
Entre autres choses, ils donnent l’impression de découvrir l’hyperinflation qui frappe les pays du Sud. Pourtant, leur innocence dans ce coup-là est plus que douteuse.

Que la presse puisse, sans intention (?), publier de telles idioties, est réellement sidérant. Que des lecteurs puissent les prendre au pied de la lettre serait affligeant.
Ecriture rapide ou manque de réflexion ? En tout cas, en fond se dessine toujours la même idée d’un marché libre, si cher à nos ‘économistes’ libéraux, patentés ou non. Curieuse coïncidence.

Omar le vilain

Les années passent et se ressemblent dans les couloirs des Nations Unies. Depuis le début des évènements du Darfour, le rôle d’Omar El Béchir n’est un secret pour personnes et son implication est bien établie dans les massacres qui jalonnent la province soudanaise depuis 2003. Entre autre chose, une liste de 51 « supposés » criminels circule depuis un an au sein de l’ONU, et le nom du président soudanais y serait bien placé.
L’accusation de Luis Moreno-Ocampo, le procureur du TPI, arrive bien tard pour les centaines de milliers de victimes de cette « drôle » de guerre, et je doute qu’elle ait beaucoup d’effets autres que médiatiques.

Robert le voleur

Je ne reviendrais pas sur cette affaire zimbabwéenne. Ma façon de la comprendre vaut ce qu’elle vaut, mais elle est au moins lisible dans un précédent article.

Au Ghana comme à Jersey

Tout ça pour en arriver là.
Le Ghana, un des meilleurs élèves du FMI, adeptes des plans de privatisations, ne cherchent que le bonheur des capitaux étrangers. Celui des ghanéens n’est pas un souci, enfin pas dans l’immédiat.
John Kuofor, son président, en permettant l’installation de centres de services financiers internationaux (banques offshore) à Accra, va enfin pouvoir se donner l’illusion de jouer dans la cour des grands, en appauvrissant les recettes de son Etat… et certainement aussi celles des pays voisins.

Le Ghana devient ainsi le premier paradis fiscal du continent africain. Rien de tel pour le développement.
Le FMI et DSK vont sans doute se réjouir d’une telle réussite. Au moins une bonne nouvelle.

SylvainD.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s