Hôtel Napoléon

Des coups de massue me sortent d’un sommeil lourd, que j’entretenais depuis près de 14 heures.La chaleur du pays m’avait transformé depuis quelques jours en un frêle voyageur, et mérité ou non, ce long repos, m’avait redonné des couleurs. Apparemment, quelqu’un avait pour mission de fracasser un mur, et il y mettait du cœur.

Nous étions arrivés la veille au Togo depuis la côte du Ghana, et un soleil de plomb nous avait accueilli à bras ouverts, et ne tenait manifestement pas à se faire oublier. Faire le tour des hôtels de Lomé sous une telle chaleur n’avait rien de divertissant. Le premier, ou presque, hôtel venu, avait fait l’affaire.

Un escalier assez raide, qui surplombe un atelier où s’activent quelques ouvriers, tous chinois, nous permet d’atteindre l’accueil. Une fois en haut, une grande baie vitrée, juste derrière la réception, nous offre une vue plongeante sur un bazar, le bazar de l’hôtel. Il est à peine midi et le magasin est vide. Seules des caissières bavardent entre elles : elles sont toutes chinoises. Toute cette activité nous inspire sans doute confiance, nous décidons de nous installer.

Clefs en main, nous partons à la recherche de nos chambres : Il nous faut traverser de longs couloirs, plutôt sinistres, pour y arriver. L’hôtel est immense.

Une fois à l’intérieur de la chambre, je constate rapidement, que tout le mobilier, de la télévision, aux draps en passant par les sanitaires, est chinois. Bienvenue à l’Hôtel ‘Napoléon’ made in China.

Une sieste puis une balade au marché du centre-ville plus tard, je rentre à l’hôtel, seul. Mes amis continuent leur promenade sans moi. Je suis au bord de l’insolation, et je ne pense qu’à dormir à l’ombre. Les couloirs sont toujours aussi interminables, et tous les clients que je croise, sont chinois. Ils semblent étonnés de me voir là, et ils me fixent étrangement, comme si je n’avais rien à faire ici, dans leur empire du milieu en miniature. Je comprends enfin pourquoi le réceptionniste nous avait demandé avec insistance, si nous étions certains de vouloir rester : Nous étions peut-être ses premiers clients non-asiatiques, et il ne savait sans doute pas ce que ses patrons allaient penser. Il est apparemment l’un des seuls autochtones de l’établissement, et il ne tient probablement pas à se faire remarquer plus que nécessaire.

Les chinois qui me croisent m’oublient vite, ils continuent leur chemin en discutant et riant tout à la fois.

Je rentre dans ma chambre, et je me couche.

Quelques 14 heures plus tard, un vacarme assourdissant nous réveille. Cela ressemble étrangement à des chocs violents contre un mur : l’hôtel est en travaux de bon matin. Les chinois sont de rudes travailleurs et les repos de fin de semaine leur sont apparemment inconnus.

Je mets le téléviseur en route, non sans mal d’ailleurs, car la télécommande est complètement sérigraphiée en caractère chinois, et aucun chiffre n’y apparaît pour m’aider. Finalement, une tête chinoise remplie l’écran, et raconte je ne sais quoi, en prenant un air très sérieux. J’ai finalement compris la logique de la télécommande, et je passe de chaînes en chaînes. Malheureusement tous les programmes sont incompréhensibles pour moi, et je coupe l’image.

Comme si tout le tapage de destruction ne suffisait pas, le réceptionniste m’appelle pour me dire, que ses patrons nous factureraient une nuit supplémentaire, si nous ne quittions pas au plus vite nos chambres. Nous sommes manifestement indésirables, nous n’allons pas nous obstiner. Nous plions nos affaires.

Alors que nous arrivons à la réception pour prendre congés, il me semble que les bruits de démolitions s’atténuent, pour s’arrêter complètement dés que nous franchissons la sortie.

SylvainD;

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s