Confusion argentine

En 1883, Sarmiento, politicien et écrivain argentin du 19ème siècle, prédit la disparition totale de la race noire en Argentine dans les vingt années qui suivraient, et soutint que si un argentin voudrait voir un noir en 1900, il devrait se rendre au Brésil [1].
Conclusion définitive mais pas si hâtive que cela.

Lors d’un séjour à Buenos Aires, sans même connaître la prédiction de Sarmiento, je fus étonné de ne voir aucun noir dans les rues de la grande ville. Et si par hasard, j’en croisais un, il mâchouillait un chewingum, et ne cachait pas ses origines et son statut de touriste.

Les seules autres personnes à la peau noire que j’ai vues à Buenos Aires, avaient les cheveux longs et lisses, et se promenaient rarement sans leur flûte de pan.

Il est vrai que l’image d’Epinal de l’argentin, en France tout au moins, s’apparente au beau brun ténébreux à la peau blanche et dansant le tango. Evidemment l’image s’est écornée et a vieilli, et elle s’applique plus aux descendants d’italiens que l’on peut rencontrer à la Boca, mais pas forcément beaucoup plus loin. En tout cas l’africain, ou son descendant, n’est pas sur la photo.

Et ce n’est qu’en montant plus au nord, et en entrant au Brésil, que l’étonnement s’arrêta. A peine la frontière franchit, une invasion de noirs… non, non… mais un mélange de couleurs qui m’a revigoré, moi qui depuis de années, ne passe guère de vacances en dehors des frontières africaines, car dans ce mélange je retrouvais un peu de cette Afrique.

Généraliser aux deux pays immenses que sont l’Argentine et le Brésil, ce que j’ai vu à Buenos Aires et dans quelques villages du nord argentin, et dans une seule ville brésilienne, Foz de Iguasu, est sans doute un peu rapide. Plus de temps m’aurait permis peut-être de le savoir.

Alejandro Grimso [2] compare « l’erreur des argentins qui se croient tous de race blanche » avec la confusion des touristes étrangers qui, longeant l’Avenida de Mayo à Buenos Aires et tombant sur l’obélisque, s’exclament : « ça, c’est l’Europe ! », et croient avoir vu tout le pays.

Aurais-je fait les deux erreurs ?

SylvainD.

————————-

1 Sarmiento, Domingo Faustino: Conflictos y armonía de las razas en América, Buenos Aires, 1900, Tomo 1, pp. 72-73.

2 Alejandro Grimson est docteur en anthropologie et directeur de l’Institut des Hautes Études en Sciences Sociales de l’Université nationale de San Martín en Argentine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s