Malédiction

Un massacre cache un autre massacre, un génocide en nie un autre. Nous sommes toujours en Afrique. Une malédiction secrète à l’échelle d’un continent, frapperait-elle ces terres ?

Au plus fort de l’explosion de la crise du Darfour, en 2004, un triste anniversaire se préparait. Nous étions en mai 2004 et le Rwanda, dix après son génocide, n’en finissait pas de panser ses plaies.

Comme au Darfour, la communauté internationale, qui, au travers de l’ONU, se targuait d’être le gendarme du monde, avait pris son temps et d’infinies précautions. La seule force qu’elle envoya sur place, n’eut jamais les moyens qu’elle demandait, et finalement la seule action d’envergure occidentale fut française.

Chacun connaissant cette période de l’histoire rwandaise, jugera des bienfaits ou des méfaits de cette intervention, comme il jugera les mobiles qui ont guidé la raison d’état française tout au long de cette période. Ceux qui ne la connaissent pas, se demanderont sans doute pourquoi la diplomatie et la justice françaises sont les seules de cette communauté internationale, à diaboliser avec une triste constance, le régime qui a arrêté les massacres et mis fin au génocide en juin 1994.

Au-delà du cas franco-rwandais, qui restera longtemps irrésolu, les médias ne se permettent guère de montrer une autre réalité de ce continent, qui est ballotté dans tous les sens par des forces dont il n’a que rarement la maîtrise. Le plus souvent, les africains y sont caricaturés comme de grands enfants qui, lorsqu’ils sont raisonnables et qu’ils ne jouent pas à la guerre, ne demandent qu’à être aidés ou à quitter cette terre maudite.

Qu’est-il donc arrivé à ce continent pour qu’il soit maudit de la sorte par la plupart des médias et par ses propres habitants ?

François Mitterrand, en évoquant le génocide du Rwanda, a prononcé cette phrase définitive : « Un génocide dans ces pays-là, ce n’est pas très important » . Un homme calculateur tel que l’était François Mitterrand, ne s’est sûrement pas hasarder à exprimer un tel jugement sans savoir ce qu’il faisait.

Avant de convenir que l’Afrique est maudite ou non et pour quelles raisons elle l’est, certains estiment sans doute avoir le devoir de l’affirmer.

SylvainD.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s