Pourquoi ?

Samedi 9 juin 2007, France Culture diffuse l’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut. Le sujet « Faut-il avoir peur de la Mondialisation ? ».
Un débat à trois : Laurent Cohen-Tanugi (avocat, essayiste), Jean-Claude Barreau (éditeur, journaliste et essayiste) et Alain Finkielkraut (philosophe).

Une remarque d’Alain Finkielkraut attire mon attention : il dit s’affliger et s’étonner que l’Afrique continue de s’embourber dans son éternelle misère, alors qu’il a entendu cette semaine à la radio (!) que lors du sommet du G8, les dirigeants des pays les plus riches de la planète se seraient félicités de leur aide constante et réussie apportée au continent noir.
Mais alors pourquoi cette misère avec tant d’aides, s’interroge-t-il subitement ?

En effet pourquoi ? Les réponses sont multiples sans doute, mais Alain Finkielkraut se contente d’accabler les élites africaines, comme ils les appellent. Il nous donne même en exemple un article d’André Brink (A Brink écrivain sud-africain, blanc et qui fut engagé dans la lutte contre l’Apartheid) qui décrit la dérive « mafieuse » de l’Afrique du Sud. L’amalgame, intentionnel ou non, est surprenante : l’Afrique du sud, même si elle est minée encore par d’énormes discriminations, est l’un des pays, si ce n’est le pays africain, le moins concerné par ces aides contre-productives.

Bien que ses invités essaient parfois de le sortir de cette logique, il reste sur sa position. Pourtant un peu plus tôt dans l’émission, il critiquait l’aide inconditionnée de la Chine envers le régime du Soudan, qui rend bien évidemment compliquée toute résolution de la crise au Darfour.

Ne peut-il faire le rapprochement entre ce qu’il dénonce au Soudan, et les problèmes de l’Afrique qui l’étonnent tant ?
Même si ses conclusions sur le sujet ne font rien de plus que de se conformer à un discours convenu, sa question, me semble-t-il, est essentielle :
Pourquoi cette misère avec tant d’aides ? En effet pourquoi ?

Certains rabat-joie affirment, chiffres à l’appui, que les pays africains bénéficiant des aides les plus importantes, sont souvent ceux qui ont d’énormes ressources géologiques… et ces plaisantins en rajoutent en montrant que ces pays « privilégiés » accusent pourtant d’un indice de développement catastrophique.
Evidemment cela nous ramène à la dénonciation d’Alain Finkielkraut à propos de la Chine et du Soudan, qui finalement, sans s’en apercevoir, aurait peut-être répondu à sa question « Pourquoi cette misère avec tant d’aides ? ».

SylvainD.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s